Berlin Marathon « la souffrance passe, la fierté reste »

Lorsqu’en novembre dernier le tirage au sort nous a désigné pour participer au Marathon de Berlin, je n’avais pas idée de la tournure nouvelle que la vie m’offrirait d’ici là.

Un Marathon s’avère un long chemin, surtout la préparation qui dure généralement une douzaine de semaines. Celui de Berlin fin septembre semblait idéal pour le préparer en été. Donc, c’est parti… billets d’avion, Airbnb…

Décidée à faire tout au plus près des instructions de mes coachs préfères, l’intention était là.

L’objectif 4:30 paraissait réaliste pour la tortue que je suis. Il fallait travailler la VMA et avaler quelques dizaines de kilomètres par semaine.  Tranquille pendant 5 semaines de vacances, cependant, c’était sans compter sur les aléas (qui s’avèrent in fine des cadeaux) qui m’ont été offert par la vie. Pas de réelles vacances mais un été plutôt original entre travaux, cartons, déménagement, pilotage de camions et manutention.  Exit le plan d’entraînement de rêve avec footing en bord de mer, VMA dans les montagnes etc…

La préparation fut, vous l’aviez compris, un peu chaotique, avec en plus quelques petits bobos par ci par là, comme un mollet capricieux et trop souvent douloureux. Néanmoins, à force de charrier des matériaux, et de transbahuter des cartons, des meubles, des gravats etc, j’ai pas mal travaillé les bras qui sont d’excellents alliés pour les coureurs.

Berlin représente, pour moi, une ville symbolique tant au niveau historique qu’artistique. La traverser en courant s’avérait une forme de quête initiatique.

La souffrance, parfois encore inscrite sur les murs, la douleur des familles séparées, des enfants enlevés à leurs parents, des persécutions, des viols… Berlin est une ville de mémoire. La porte de Brandebourg,  la place de la victoire, les églises, les synagogues, le Tiergarten, le Zoo, tout est très chargé.

À New York, il y a deux ans,  j’ai couru mon premier Marathon. Il fut celui d’un nouveau départ, celui de ma reconstruction, de ma guérison, la renaissance de ma confiance en la vie et en mes capacités d’avancer et d’aimer. Le Marathon de Berlin pourrait être celui qui marque un réel retour à la vie, l’acceptation qu’être deux à avancer vers un objectif commun existe, s’avère plaisant, rendplus fort et que la vie nous envoie toujours des cadeaux qui nous font grandir meme dans les épreuves.

Le fait que mon entraînement fut relativement incomplet m’a obligé de lâcher sur mes exigences personnelles et mon objectif de chrono. J’ai dû accepter et renoncer pour aiguiser ma volonté de participer simplement pour terminer en bon état et en me faisant plaisir. L’expérience magnifique mais néanmoins extrêmement douloureuse de New York restera gravée en moi. J’ai mûri, compris beaucoup de choses dans l’année qui a suivi, l’arrêt obligé de la course, une reprise difficile ont été riches d’enseignements.  Ces travaux pratiques que la vie m’a offert m’ont appris que rien ici bas (surtout pas une course) ne justifiait de mettre ma santé en péril. J’ai donc abordé Berlin sereine avec la volonté de me faire plaisir et de vivre pleinement ce Marathon comme un cadeau du ciel.

Berlin est connu pour son ambiance chaleureuse, son Marathon est un des plus roulant du monde car la ville est très plate.

Le départ de ma vague (il s’agit d’une vague humaine composée d’individus censés courir à des vitesses similaires. Vague 2:00, vague 2:30, etc…) est prévu à 10:00, j’accompagne mon chéri qui doit partir une demie heure avant moi (normal il court plus vite que moi). Quelques copains de son club sont là aussi. Avec certains qui avaient un départ dans la même vague que moi nous avions décidé de nous attendre à Potzdamer Platz.

Dans le métro nous rencontrons Monique et son papa. Monique semble avoir une petite soixantaine et son papa approcher les 80 ans. Nous discutons et ils nous expliquent courir le Marathon ensemble depuis 17 ans. Leur duo me touche et je les invite chez moi à Paris pour courir le Marathon. Rencontre très sympathique qui d’ailleurs nous a épargné de prendre le UBahn (métro) dans le mauvais sens…

Potzdamer Platz, mon chéri retrouve une copine de son club et file pour rejoindre son départ. Je les aurais bien suivi mais il me faut attendre les autres. Je poireaute en regardant passer des hordes de coureurs et de supporters. J’apprends que finalement ils sont déjà en route et ont oublié notre rendez-vous. Sympas les copains du club de mon chéri !

Une bonne demie heure de marche à travers le Tiergarten, poumon de Berlin pour rejoindre le départ. Je fais un bout de chemin avec deux indonésiens adorables étonnés de la beauté des arbres. Je leur explique l’histoire de ce bois au milieu de Berlin.

Lorsque j’arrive aux abords du Départ, celui des élites vient d’être sifflé et je vois passer ces coureurs magnifiques, aux jambes longues, qui commencent tranquilles à une petite vitesse d’environ 18/20 km/h. Extraordinaires foulées d’une légèreté inouïe.

Magnifique moment, magnifiques athlètes dont la vue me rappelle qu’un métissage germano-italien s’avère morphologiquement plus massif qu’un kenyan ou éthiopien.

Arrêt technique, ici les WC sont roses bonbon on ne peut pas les louper ! J’adore. Une petite pensée pour une vieille chanson d’enfant intitulée « Klopapier » (mes cousins comprendront).

Les vagues se suivent ininterrompues, je me glisse dans la G (alors que mon départ est H) grattant ainsi de précieuses minutes d’attente, espérant aussi apercevoir mon chéri et la copine qui partent dans celle-ci.

La vague avance et je commence à trottiner me disant que partir une demie heure plus tôt ne peut être que positif car si j’arrive à être raisonnable et à ne pas me laisser entraîner par le flux euphorisant des coureurs, je serai plus tôt à l’arrivée, donc moins mouillée. Ah, j’avais oublié de préciser qu’il pleut.

Et là, mon chéri et sa copine Géraldine me rejoignent comme par magie. C’est fort de nous retrouver parmi 50.000 coureurs quelques mètres  après la ligne de départ. Petit moment d’échange, un petit bisou, un selfie, puis, je les laisse avancer à leur rythme plus soutenu que le mien pour rester à mon 6 minutes par km. Mon objectif, arriver au bout de ce Marathon, en bon état. Je sais que je dois être raisonnable. Ne pas me laisser gagner par l’euphorie du départ, ne pas vouloir battre de record, ne pas forcer… cela impose beaucoup de « ne pas » pour les prochaines heures.

Courir est, pour moi, avant tout, un plaisir. Il y a tout juste quatre ans je courais ma première course. « La Parisienne » une petite course de 7 km dans Paris. Depuis, j’ai usé quelques paires de running, parcouru pas mal de kilomètres et progressé à mon rythme avec mes modestes capacités.

Dans cette grisaille berlinoise mon objectif devient clair : tenter de courir ces 42,195 kilomètres en pleine conscience.

Observer ce qui se passe, observer ce que mon corps me dit, observer mon esprit, sentir les odeurs, écouter les bruits, respirer l’air berlinois en surfant sur mes pensées et mes sensations. Être là où je suis à chaque instant.

Cette expérience fut extrêmement plaisante jusqu’au 28eme kilomètre. Les longues avenues berlinoises sont propices à un pilotage automatique du corps. Mais, au 28eme kilomètre mon dos commence à m’envoyer une douleur jusqu’alors inconnue de mon corps. À l’écoute, je prends cela comme un signal. Étant passée dans un temps correct au semi (21 km) , je caressait déjà la possibilité d’arriver  dans un objectif temps d’une heure de moins que New York (on ne se refait pas !).

Premier renoncement donc : si je marche 4:30 cela ne le fera pas… tant pis, plaisir et santé avant tout.

Je mange un peu, bois pas mal et marche. Sur le côté je vois une jolie visière abandonnée sur le sol. Je me baisse pour la ramasser (que la terre est basse à Berlin !). Il y a écrit dessus « born to swim bike run » cela me fait beaucoup rire (venant de me mettre au triathlon), je prends cela comme un signe et la ramasse. Je papote avec une française qui semble avoir aussi un bon coup de mou puis l’encourage à repartir ensemble. Là c’est dur, le dos que j’avais un peu oublié me rappelle à l’ordre. Bon, il va falloir gérer… et la pluie revient… la sentir qui ruisselle sur mon visage en tentant de rester dans la sensation de chaque goutte m’occupe un moment.

Mes pensées oscillent entre euphorie, douleur et la réelle joie d’être là, de courir. Je pense à tous ceux qui ne peuvent pas ou plus le faire. Je me mets à compter mes morts. Drôle d’idée en y repensant aujourd’hui, mais le Marathon plonge l’individu dans des états de conscience insoupçonnés. Combien d’êtres chers ont quitté cette vie trop tôt ? Mon Pépé parti quand j’avais 6 ans, Nathalie notre copine d’école, morte d’un cancer à 14 ans, Pierre,… la lucidité semble un peu m’abandonner, je n’arrive pas à compter tous mes morts… la dernière, Mimi, mon amie de plus de 30 ans, partie il y a quelques mois occupe mes pensées une bonne partie de mon parcours. Je l’entends parfois qui me souffle « Allez Titine » (elle était la seule à avoir ce privilège de m’affubler de ce surnom ridicule) et ça me fait sourire. Le Marathon modifie l’état naturel de conscience, quelques bizarreries me traversent l’esprit…

Le fil de mes pensées s’interrompt parfois pour discuter quelques kilomètres avec d’autres coureurs.

De quoi parle  t’on pendant un Marathon ? Et bien de courses et de marathons la plupart du temps. Par exemple je suis en train de courir en papotant avec un homme sympathique qui me parle du Marathon de Rome. Extraordinaire, ce Marathon, fait passer les coureurs par tous les sites historiques de la ville… et me voilà le Marathon de Berlin encore in process, trottinant sous la pluie, rêvant déjà de courir le marathon de Rome, m’imaginant arrivant au Colisée….

Je rappelle mon esprit à l’ordre : pas de passé, pas de futur, juste le moment présent ! Non mais ! Regarde où tu es Chris ! Marathon de Berlin ! c’est merveilleux d’être ici, maintenant, dans cet instant unique, dans cette ville qui a tant souffert et qui semble, tout en ayant gardé trace de la souffrance, l’avoir transcendée en énergie positive. Les familles nous encouragent, les musiciens donnent un maximum pour chauffer l’ambiance et la pluie n’arrête pas le public. Cours Chris, chaque foulée te rapproche de l’arrivée.

38eme km encore un gros coup de mou, la douleur dans mon dos s’accentue et un tiraillement douloureux apparait dans mon côté gauche (ce dernier me rappelle New York !). Je marche un peu, me sentant proche de l’arrivée dont j’entends la clameur au loin. Je dois récupérer un peu pour apprécier ces dernières lignes droites. Je mange mes trois dernières dattes, bois un peu de ma mixure (citron, miel, sel, un goutte d’huile essentielle de menthe, thé vert et eau) et me dis que le plus dur est derrière moi. Je repars, aie aie aie, c’est dur… mais ça passe, la foulée revient.

Bientôt, après deux interminables lignes droites, j’aperçois la porte de Brandenburg, je pense à la chute du mur, me remémore y avoir assisté sur mon petit écran noir et blanc rue des Récollets avec Bruno. L’Allemagne, la patrie de mes ancêtres, toutes ces horreurs ici et ailleurs, tous ces gens qui ont souffert… Ce peuple qui semble devenu si fort et moi je me plains parce que j’ai une petite douleur dans le dos alors que je suis libre, que je cours un Marathon, (un deuxième Marathon même), je suis en bonne santé, je peux vivre.

Je pense à ma petite maman, à mon papa qui la soigne avec tellement d’amour, à cette chance d’avoir une famille, des amis, un chéri qui sera à l’arrivée, je m’encourage, c’est bientôt la fin.  Vas y Chris, dernière ligne droite et à l’arrivée il y aura un poncho bien chaud, un t-shirt sec, une médaille, et une bière… vas  y Chris accélère, cours pour tous ces gens que tu aimes et qui ne peuvent pas courir. Le Marathon est comme la vie, des hauts, des bas, des moments d’euphorie, de découragement, des relances, des rencontres, des pensées bizarres. C’est un parcours, un chemin initiatique.

Le Marathon oblige chacun à pousser son corps et son esprit au delà des limites quotidiennes. L’arrivée est un mélange  d’émotions mêlées (mixed feelings disent les américains). C’est vraiment fort. J’entends mon nom au hauts parleurs, la clameur du public qui applaudit tous ces coureurs qui arrivent épuisés mais si heureux.

À l’arrivée de ces 42,195 km. La joie, la fierté, la souffrance, et surtout la satisfaction d’avoir couru ce Marathon d’un bout à l’autre et d’être là heureuse, appréciant l’effort accompli.

J’attrappe mon portable et téléphone à mes parents pour leur offrir ma course. Entendre ma petite maman me tire presque les larmes. Je suis si heureuse de lui dédier ma victoire.

4:54:04, c’est une demie heure de moins que le NYC Marathon. Le contexte est différent, je suis fière de moi.

Second Marathon bouclé, je retrouve mon chéri qui lui a couru presque une heure de moins que moi. Il est aussi content de sa course lui qui, 48 heures avant était malade au fond de son lit.

Le Reichstag trône derrière nous sous la grisaille, la pelouse est parsemée de plastiques bleus et gris (les panchots qui couvrent les coureurs à l’arrivée). C’est vraiment un beau et bon moment de partage cette arrivée.

Je repense à une inscription lue sur le t-shirt d’un marathonien : « la souffrance passe, la fierté reste ». C’est exactement ça le Marathon, c’est comme la vie !

IMG_3477

Publicités

Putting my Life in boxes

« Je suis convaincu que, si nous voulons résister à la pression mortelle de la société de masse et lui faire contrepoids, notre œuvre doit être imprégnée de notre personnalité.D’une façon générale, le choix d’un travail ne devrait pas être dû à la commodité, au hasard, à l’opportunité, mais résulter de la conception que nous avons de notre épanouissement individuel dans le monde actuel, afin que le produit de notre activité, tout en étant objectivement utile, exprime également notre idéal personnel. »

Bruno Bettelheim, le cœur conscient, livre de poche 1er trim 1077, p.28

Citation oubliée puis retrouvée ce matin, dans « carnet de citations », au fond d’un tiroir…
C’est drôle, lorsque l’on met sa vie en cartons, de retomber sur de vieux cahiers, sur de petits objets oubliés et pourtant tellement chargés d’une certaine histoire qui nous revient en mémoire à leur simple vue.  

Mettre sa vie en cartons c’est aussi mettre de l’ordre dans ses souvenirs, dans ses désirs, dans ses relations. 

Une photo, un bibelot, une carte postale, dont nous avions oublié l’existence réapparaît, et avec, c’est un bond de trente, de vingt, de dix ans en arrière. 
« Elle, n’est plus là ! » « Tiens, qu’est-il devenu ? » « C’était sympa ces vacances ! », « whouah nous étions jeunes ? », « il était trop mignon petit ! » Etc.
Cette plongée au cœur des souvenirs interpelle, réveille des émotions, des sensations. Elle nous rappelle que nous sommes vivants, construits par une somme de sentiments, d’événements… Elle questionne : »au fond, que faut-il garder ? Que faudrait-il jeter ? Pourquoi ? »  

Faut-il avoir peur d’oublier ? Que faut-il oublier ? 

Faut-il conserver ? Que faut-il conserver ? Et pourquoi conserver ? 

Est-il bon de réactiver les souvenirs ? Eux qui appartiennent au passé, notre passé, celui auquel nous ne pourrons rien changer quoi qu’il arrive… 

Ce regard si vivant sur les photos de nos morts… L’enfant devenu grand, l’être aimé perdu de vue, les fêtes, les spectacles, les écrits… 

Tous ces kilos de papier ! Des kilos entiers mis en cartons au rayon des souvenirs !

Que faut-il garder ?

Une vraie question que ce poids du passé. Notre mémoire, est-elle dépendante des objets qui nous entourent ? 

Peut-être effectivement en partie oui. Les objets réactivent la pensée de moments parfois oubliés. 

Cette plongée dans mon passé, le choix de garder, le choix de donner, le choix de jeter, me donne le choix de mon avenir.
Quoi qu’il arrive nous irons tous au même endroit, celui là même où nous n’aurons plus besoin de rien que de notre paix intérieure. 

En attendant, ici bas nous cherchons tous Le bonheur. Pas le bonheur furtif de posséder des objets, mais le bonheur profond d’être en paix avec nous même, et donc avec les autres. 

En mettant ma vie en carton, je fais le choix de ne garder que les souvenirs des jours heureux. Je jette la souffrance au feu. Son expérience a contribué à créer qui je suis aujourd’hui. En revanche, les plaies refermées n’aiment pas être réouvertes ! J’aime les cicatrices de mon cœur parce qu’elles m’ont probablement rendue meilleure. 
Une vie, ma vie, est enfermée dans une cinquantaine de cartons. 

C’est drôle, un carton par an ! Plus une quinzaine pour mon fils de 17 ans, (mais il n’a pas terminé d’emballer !)

Et si, demain il y avait le feu dans mon garage ? 

Il ne resterait probablement des souvenirs tangibles de ma vie qu’un tas de cendres ! 
L’être que je suis devenu aujourd’hui, grâce à ce temps qui m’a forgé, grace à ces expériences qui m’ont sculptée, continuera d’exister et d’évoluer. 

Il remplira peut-être de nouveaux cartons de sa vie future qui deviendra passée… 

Cependant, au présent, il importe de ranger, trier, nettoyer pour, dans quelques semaines commencer à écrire sur une nouvelle page blanche.

Friends I love you

Un jour un fils annonce à son père qu’il va se marier. Il lui donne la liste de ses amis à inviter à son mariage. Le jour J arrive et le futur marié interroge son père : « Père, je vous ai donné une liste de 50 amis et il n’y en a que 7 présents. Où sont les autres ? Vous ne les avez pas invité ? ». Le père répond alors : « J’ai contacté toutes les personnes qui étaient sur ta liste en leur disant que tu aurais besoin de leur soutien aujourd’hui, à cette heure-ci, ici, parce que tu allais faire quelque chose de grave qui risquait de changer le cours de ta vie. Donc, tous tes amis sont là, la noce peut commencer mon fils. »

J’aime beaucoup cette petite histoire parce qu’elle nous rappelle effectivement que les vrais amis sont ceux qui sont là lorsque tu as besoin d’eux. Ils sont juste là.  Bizarrement ce ne sont pas toujours ceux que tu attends. La vie va et vient, de plus en plus vite, de plus en plus connectée et, finalement, cela ne modifie pas les vraies amitiés. En revanche la tendance à entretenir des amitiés virtuelles augmente. Ne serait-ce pas une sorte de miroir aux alouettes ?

Facebook, est un très bel exemple. Une de mes dernière expérience m’a fait mesurer la limite de ces liens d’amitié virtuels, de l’attente aussi que nous pouvons avoir de ces connexions impersonnelles. Lorsque quelqu’un donne de lui en postant des informations importantes qui nécessitent une certaine mobilisation de ses « amis » pour une cause humanitaire par exemple, lorsqu’il souhaite partager avec ses amis ses valeurs et sa mobilisation pour les autres… Et bien, très vite, la réalité de l’indifférence saute à la figure. Peu de gens réagissent !

Et puis parfois, une information un peu anecdotique déclenche un torrent de like, de commentaires ! Et puis, en fait ça dépend aussi de qui est en ligne au moment ou l’on publie.

Cela a été une vraie leçon et une vraie question qui me pousse, en ce moment, à m’interroger sur la pérennité de ma page Facebook.

Effectivement, maintenant mes « amis » consultent Facebook sur leur smartphone, les informations sont diluées dans d’autres informations. Elles sont regardées d’un œil parce que le temps manque ou qu’il faut passer le temps des transports ou d’une éventuelle attente. Finalement peu de gens se rendent compte qu’un ami a besoin d’eux et peu prennent ne serait-ce que le temps de cliquer sur un like pour montrer qu’ils ont pris connaissance de cette information et qu’ils la trouvent importante. Beaucoup zappent et, des ceux côtés de l’écran, l’indifférence crée de la distance.

Facebook et les autres réseaux sociaux sont des vitrines d’un « je vais bien et je le montre aux autres ! ». C’est génial, je cours, je golfe, je mange, je philosophe, bref, je m’éclate, ma vie est un fun perpétuel ! Cet affichage de photos avec le sourire, de post positifs, de citations philosophiques rassure « les amis » qui pensent que tout va bien madame la Marquise. Notre égo est aussi flatté car l’image projetée s’avère conforme aux désidératas de ce monde idéal dans lequel nous ne vivons pas mais que nous nous créons chaque jour.

Et bien non, tout ne va pas bien, je vous rassure, chacun reste humain et l’amitié, la vraie, celle de ceux qui savent être là quand un ami est dans le besoin ou lorsqu’il s’agit de partager une vraie joie n’est pas morte.

J’ai cette chance d’avoir de vrais et merveilleux amis (beaucoup d’ailleurs sont abonnés à mes posts et je les remercie car leur présence, leur regard sont importants pour moi). Certains ont su me montrer un réel soutien, surtout ces deux dernières années, qui ont été parmi les plus difficiles de ma courte vie. Les intimes, ceux qui s’intéressent vraiment, savent qu’en ce moment certaines parties de cette vie s’avèrent délicates à traverser mais que leur présence bienveillante est vraiment appréciée.

Ceux qui soutiennent les causes qui me tiennent à cœur, m’encouragent et participent aussi à améliorer le quotidien d’autres personnes. C’est fabuleux tout ça, ça fait chaud au cœur parce qu’au fond peut-être nous sentons nous moins seul. (d’ailleurs vous pouvez toujours participer à la collecte pour l’École du bois et me soutenir pour la Course des héros le 19 juin 🙂 http://www.alvarum.com/chriszeppenfeld)

Aujourd’hui je me pose une grande question. Qui se rendrait compte si un de nous disparaissait ? S’il disparaissait de Facebook ou même finalement s’il disparaissait tout court ?

Si vous souhaitez avoir des nouvelles, si vos amis vous manquent, si vous avez envie de partager réellement des moments de leur vie. Appelez les, passez les voir, écrivez leur une carte postale (les mails c’est aussi sympa mais rien ne vaut des mots écrits sur du papier). Rien n’égale un sourire, un regard ou un rire pour se sentir bien vivant.

Mes amis je vous aime. La vie va vite, charge à nous de ralentir pour apprécier les vrais bons petits moments qu’elle nous offre.

Apprivoiser l’absence

Il y a vingt cinq ans que mon ami Pierre est parti. Pendant ses neuf derniers mois, je l’ai presque quotidiennement accompagné sur cet ultime bout de son chemin de vie. Ce fut une des expériences les plus fortes et les plus enrichissantes de mon existence.

Vingt cinq ans durant lesquels j’ai appris à apprivoiser l’absence de cet être aimé.

Sa photo trône au dessus de mon bureau et, chaque jour, Pierre veille encore sur moi comme il l’a fait tant d’années avec son amitié, sa compréhension et sa bienveillance si précieuses.

Vingt cinq ans qu’il est parti et il me manque toujours.

Pourtant, lorsqu’il m’arrive de douter, de m’interroger, d’avoir besoin du conseil d’un ami, je pense à lui et me demande ce qu’il m’aurait posé comme question pour me faire avancer. Il avait ce don de ne jamais donner de réponses toutes faites mais de pousser l’autre à trouver ses propres réponses en lui posant les bonnes questions.

La veille de sa mort, nous avons eu un de ces moments très rares que la vie nous offre parfois comme des cadeaux. Cette soirée de mars 1991 reste gravée dans ma mémoire.

J’ai poussé la chaise roulante vers le bout du couloir d’hôpital, là où se trouvait le distributeur de boissons. Nous avons pris des chocolats chauds, j’étais assise sur un siège en plastique. Nous avons ri de ce chocolat qui avait plus un gout d’eau sucrée que de cacao. Il l’a bu avec plaisir. Cela faisait des jours que je n’avais pas vu Pierre autrement qu’allongé dans son lit. Aller au bout du couloir boire ce chocolat était une excellente surprise. Je me souviens de son visage. Il ressemblait à Gandhi avec ses petites lunettes rondes cerclées d’or devant ses yeux rieurs que j’adorais.

Nous sommes retournés dans sa chambre, je l’ai aidé à se coucher dans son lit. Un de ses pieds se gangrenait, l’odeur qui régnait dans cette chambre d’hôpital était celle de la viande en décomposition. Son pied pourrissait mais il s’avérait trop risqué et inutile de l’amputer. Le personnel soignant emballait soigneusement cette extrémité qui pourrissait un peu plus chaque jour.

Je me suis assise près de lui. Une belle lumière de fin d’après midi perçait par la fenêtre face à moi. Je lui ai pris la main et nous sommes restés un long moment silencieux dans cet éclairage naturel d’un moiré orangé. Je me souviens de cette main frêle, de ce poignet décharné, dont le contact était si particulier. Pierre m’a regardé derrière ses petites lunettes et m’a dit combien il appréciait ma présence dans ces moments difficiles, m’a remercié pour ces petites surprises que je lui rapportais à chacune de mes visites et pour ces gestes quotidiens pour lesquels je l’aidais parfois (se raser, faire pipi, manger, boire…). Je me souviens qu’à ce moment là, quelque chose de très fort s’est passé en moi et que je n’ai pas su l’exprimer. Je ne savais pas trop quoi répondre car, ces mots très profonds, m’ont touchés en plein cœur. Ce fut des mots bruts prononcés d’une voix douce, d’une sérénité et d’une sincérité sans artifices. Je n’ai été capable que de répondre des banalités du style « c’est normal », « ça ne me dérange pas », « ne t’inquiètes pas, tu vas guérir vite »… Le silence aurait été plus puissant, il s’est installé très vite dans la pénombre de la chambre.

Pierre s’est endormi, ma main dans la sienne et, je ne sais pas combien de temps ce moment a duré, le temps semblait suspendu dans cette lumière irréelle. Je lui ai retiré ses lunettes et il a souri. Ce fut d’inoubliables instants de vie et j’aurais aimé, à ce moment là, lui dire combien je l’aimais et combien il comptait pour moi. J’en ai été incapable, par pudeur, réserve, ou je ne sais quoi. Dire à un ami « je t’aime » ne me semblait pas « conventionnel » et, même si je l’ai ressenti très fort, je me suis tue.

Je suis restée dans la nuit jusqu’à l’heure de fin des visites. J’ai embrassé Pierre sur le front et lui ai dit à la semaine prochaine car je devais partir pour quelques jours à la montagne le soir même.

Quarante huit heures après, le téléphone a sonné pour m’annoncer que Pierre était décédé.

Il m’a fallu apprendre, devant l’inexorable caractère de la mort, à apprivoiser l’absence.

Vingt cinq ans se sont écoulés, l’expérience m’a fait rencontrer d’autres absences à apprivoiser.

Au fil du temps, j’ai compris que la vie n’était qu’une succession de deuils, ce qui existe peut, à tout moment, disparaitre. Lorsque j’avais vingt cinq ans, il y a vingt cinq ans, je n’en étais pas consciente. La mort de Pierre fut une des premières grande leçon de mon existence. Vivre l’instant présent pour ce qu’il est, seule avec soi-même, accompagnée de ceux avec qui nous le partageons, séparés de ceux que nous aimons… Vivre et aimer. Ces deux verbes ne se conjuguent qu’au présent. Vivez, aimez parce que cet instant là est unique.

Chaque jour, cette photo d’un jour merveilleux à l’Ile de Bréhat me rappelle que j’ai grandi parce que j’ai cette chance d’être en vie et de pouvoir conjuguer au présent je suis en vie et j’aime la vie.

 

 

 

Le pouvoir de la gratitude et du don

« Pratiquer la gratitude est une façon simple et efficace d’amener du positif et plus de bonheur dans votre vie et, plus pragmatiquement, dans votre quotidien. La gratitude, c’est un sentiment de reconnaissance que nous éprouvons lorsque nous réalisons la saveur de ce que nous vivons. » Florence Servan Schreiber

Le pouvoir de la gratitude est immense et chaque jour, je m’applique à apprécier le verre à moitié plein et de me réjouir de tous ces cadeaux que la vie m’offre. La course est une source intarissable de bonheur que j’aime partager.

Courir pour le plaisir, courir pour se dépasser, courir pour oublier, courir pour vivre…

Cette chance de pouvoir enfiler ses chaussures de running, de partir pour quelques heures en forêt, pour un tour dans le parc de Maisons Laffitte, pour un entrainement avec les gens sympathiques du club, pour un trail, pour une course, un semi ou un marathon ou juste pour le plaisir de sentir son corps bouger.

Beaucoup d’entre vous m’encouragent au quotidien et suivent ma modeste progression dans mes aventures de course à pied. Votre soutien m’est précieux. Merci.

Chacun de vous peut aujourd’hui participer directement.

Comme écrivait Winston Churchill « On gagne sa vie avec ce que l’on reçoit, mais on la bâtit avec ce que l’on donne. » Alors, finalement, avoir l’opportunité de courir pour donner offre encore plus de sens à cette pratique.

Courir pour aider des jeunes à recevoir une formation et à construire leur avenir est un défi fabuleux auquel chacun de vous peut participer.

Le 19 juin 2016, je participerai à la course des héros.Vous pouvez m’encourager et me soutenir. Pour participer, chaque coureur s’engage à récolter une somme pour soutenir une association. C’est un défi caritatif. Les fonds sont collectés via un site sécurisé. Toutes les sommes versées iront directement à l’association que le sportif représente.

J’ai choisi de courir pour soutenir le projet de l’École du bois car je connais personnellement les fondateurs. Cette école forme de jeunes cambodgiens aux métiers du bois afin de leur offrir un avenir prometteur. Vous pouvez aller visiter le site de l’EDB pour vous faire une idée plus personnelle des actions menées sur http://www.lecoledubois.org/ (présentation en anglais) et http://www.lecoledubois.org/fichiers/EDB%20Presentation.pdf (présentation en français)

En faisant un don à l’École du Bois vous contribuez à défendre un principe qui m’est cher et que Lao Tseu a merveilleusement mis en mots : « Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour. Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours. »

Vous pouvez donner, chacun selon vos moyens via cette page http://www.alvarum.com/chriszeppenfeld en cliquant sur « faire un don ».

Les dons sont sécurisés et les sommes iront directement à l’association. Il n’y a aucun intermédiaire.

Pour remercier tous ceux qui auront fait un don sur ma page http://www.alvarum.com/chriszeppenfeld j’offrirai un cadeau de remerciement.

Vous avez été nombreux à apprécier mes photos qui illustrent ce blog alors offrez vous le plaisir d’en détenir un tirage chez vous.

Faites un don et vous recevrez un tirage original (13 X 18) dédicacé de la photo que vous choisirez parmi toutes celles parues sur ce blog.

« C‘est en donnant que tu recevras. » Içavâsya Upanishad, Les Upanishads (livre sacré de l’Inde)

Alors donnez, vous recevrez, savourez le plaisir du don, vous ressentirez de la gratitude et vous vous réjouirez de contribuer à construire l’avenir.

http://www.alvarum.com/chriszeppenfeld

 

Tu apprendras la vie…

Je partage aujourd’hui avec vous un texte très inspirant attribué à William Shakespeare.

Je mets la version originale à la suite pour ceux qui peuvent lire « in English » car les sonorités de la langue de Shakespeare sont merveilleuses et la traduction ne les retransmet pas vraiment.

Encore une belle leçon de vie que nous offre mon auteur préféré !

Enjoy

« Après quelque temps,
Tu apprendras la différence entre tendre la main et secourir une âme.
Et tu apprendras qu’aimer ne signifie pas s’appuyer, et que compagnie ne signifie pas toujours sécurité.
Tu commenceras à apprendre que les baisers ne sont pas des contrats, ni des cadeaux, ni des promesses…
Tu commenceras à accepter tes échecs la tête haute, comme un adulte, et non avec la tristesse d’un enfant.
Et tu apprendras à construire aujourd’hui tes chemins, parce que le terrain de demain est incertain, et ne garantit pas la réalisation des projets, et que le futur a l’habitude de ne pas tenir ses promesses.
Après un certain temps,
Tu apprendras que le soleil brûle si tu t’y exposes trop.
Tu accepteras le fait que même les meilleurs peuvent te blesser parfois, et que tu auras à leur pardonner.
Tu apprendras que parler peut alléger les douleurs de l’âme.
Tu apprendras qu’il faut beaucoup d’années pour bâtir la confiance, et à peine quelques secondes pour la détruire, et que, toi aussi, tu pourrais faire des choses dont tu te repentiras le reste de ta vie.
Tu apprendras que les vraies amitiés continuent à grandir malgré la séparation. Et que ce qui compte, ce n’est pas ce que tu possèdes, mais qui compte dans ta vie.
Et que les bons amis sont la famille qu’il nous est permis de choisir.
Tu apprendras que nous n’avons pas à changer d’amis, si nous acceptons que nos amis changent et évoluent.
Tu expérimenteras que tu peux passer de bons moments avec ton meilleur ami en faisant n’importe quoi, ou en ne rien faisant, seulement pour le plaisir de jouir de sa compagnie.
Tu découvriras que souvent nous prenons à la légère les personnes qui nous importent le plus ; et pour cela nous devons toujours dire à ces personnes que nous les aimons, car nous ne savons jamais si c’est la dernière fois que nous les voyons…
Tu apprendras que les circonstances, et l’ambiance qui nous entoure, ont une influence sur nous, mais que nous sommes les uniques responsables de ce que nous faisons.
Tu commenceras à comprendre que nous ne devons pas nous comparer aux autres, sauf si nous désirons les imiter pour nous améliorer.
Tu découvriras qu’il te faut beaucoup de temps pour être enfin la personne que tu désires être, et que le temps est court…
Tu apprendras que si tu ne contrôles pas tes actes, eux te contrôleront.
Et qu’être souple ne signifie pas être mou ou ne pas avoir de personnalité : car peu importe à quel point une situation est délicate ou complexe, il y a toujours deux manières de l’aborder.
Tu apprendras que les héros sont des personnes qui ont fait ce qu’il était nécessaire de faire, en assumant les conséquences.
Tu apprendras que la patience requiert une longue pratique.
Tu découvriras que parfois, la personne dont tu crois qu’elle te piétinera si tu tombes, est l’une des rares qui t’aidera à te relever.
Mûrir dépend davantage de ce que t’apprennent tes expériences que des années que tu as vécues.
Tu apprendras que tu tiens beaucoup plus de tes parents que tu veux bien le croire.
Tu apprendras qu’il ne faut jamais dire à un enfant que ses rêves sont des bêtises, car peu de choses sont aussi humiliantes ; et ce serait une tragédie s’il te croyait, car cela lui enlèverait l’espérance!
Tu apprendras que, lorsque tu sens de la colère et de la rage en toi, tu en as le droit, mais cela ne te donne pas le droit d’être cruel.
Tu découvriras que, simplement parce que telle personne ne t’aime pas comme tu le désires, cela ne signifie pas qu’elle ne t’aime pas autant qu’elle en est capable : car il y a des personnes qui nous aiment, mais qui ne savent pas comment nous le prouver…
Il ne suffit pas toujours d’être pardonné par les autres, parfois tu auras à apprendre à te pardonner à toi-même…
Tu apprendras que, avec la même sévérité que tu juges les autres, toi aussi tu seras jugé et parfois condamné…
Tu apprendras que, peu importe que tu aies le cœur brisé, le monde ne s’arrête pas de tourner.
Tu apprendras que le temps ne peut revenir en arrière. Tu dois cultiver ton propre jardin et décorer ton âme, au lieu d’attendre que les autres te portent des fleurs…
Alors, et alors seulement, tu sauras ce que tu peux réellement endurer ; que tu es fort, et que tu pourrais aller bien plus loin que tu le pensais quand tu t’imaginais ne plus pouvoir avancer !
C’est que réellement, la vie n’a de valeur que si tu as la valeur de l’affronter ! »

« After some time you will discover the difference between giving a hand and saving a soul,

And you will learn that love does not mean reliance, and that company does not always mean security.

You will begin to learn that kisses are not contracts, nor gifts, nor promises…
You will learn to accept defeats with your head held high and your gaze forward, with the grace of a child and not with the sadness of an adult and you will learn to build for today, because tomorrow’s projects are uncertain and the future has a habit of falling into oblivion.

After awhile you will learn that the sun burns if you expose yourself too much… you will even accept that good people can hurt you at times and that you need to forgive them…

You will learn that talking with someone can relieve the pain in your heart and soul.

You will discover that it takes years to build confidence and only a few seconds to destroy it and that you can also do things that you will regret for the rest of your life.

You will learn that new friendships continue to grow despite the distance, and that it does not matter what you have, but who you have in life, and that our family members are the best friends that we can choose to have.
You will learn that we don’t have to change friends, if we are ready to accept that friends change.

You will realize that you can have good times with your best friend doing whatever or simply doing nothing, simply enjoying each other’s company.

You will discover you take the people that matter for granted and for this reason we should always tell these people that we love them, because we never can be sure of when we will see them for the last time.
You will learn that the circumstances and the environment that surround us have an influence on us, but we are the only ones responsible for our actions.

You will begin to learn that we should not compare ourselves to others except when we wish to imitate them to improve.

You will discover that it takes a long time to become the person that you want to be and that time is short.

You will learn that it does not matter where you are, rather that wherever you are, is adequate.
You will learn that if you don’t control your actions that they will control you and that being flexible does not mean being weak or not having a personality, but it doesn’t matter how delicate or fragile a situation is: there are always two sides.

You will learn that heroes are people that did what was necessary, facing the consequences…You will learn that patience requires a lot of practice.

You will discover that at times, the person that you expect to kick you when you are down sometimes is one of the few that helps you to get back on your feet.

Maturing is more than realizing what you have learned from your experiences over the years that you have lived.

You will learn that there are more of your parents in you than you imagined.

You will learn that you should never tell a child that his dreams are nonsense, because few things are so humiliating and it would be a tragedy if he believed it because you would be taking away his hope.

You will learn that when you feel anger, that you have a right to, but this does not give you the right to be cruel.
You will discover that just because someone does not love you in the way that you want, does not mean that they do not love you with all that they can, because there are people that love us, but do not know how to show it…

It is not always enough to be forgiven by someone, sometimes you have to learn to forgive yourself.

You will learn that you will be judged and condemned with the same severity in which you judge others.

You will learn that it does not matter in how many pieces your heart was broken: the world won’t stop and wait for you to fix it.

You will learn that time is not something that you can turn back, as such; you have to cultivate your own garden and decorate your own soul instead of waiting for someone to bring you flowers.

Then and only then will you really know what you can handle that you are strong and that you can go much further than you thought when you thought that you couldn’t could go any further.

Life is really worth living when you have the courage to face it. »

William Shakespeare

 

Quelques préceptes de Sa Sainteté le Dalaï Lama

Comment être heureux ?

Peut-être que ces quelques préceptes peuvent être une recette du bonheur ?

J’aime les suivre,  et vous ?

Tenez compte du fait que le grand amour et les grandes réussites impliquent de grands risques.

Lorsque vous perdez, ne perdez pas la leçon.

Suivez les 3 R : Respect de soi-même, Respect des autres et Responsabilité de tous vos actes.

Souvenez-vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance.

Apprenez les règles pour savoir comment les transgresser correctement.

Ne laissez pas une petite dispute meurtrir une grande amitié.

Lorsque vous réalisez que vous avez commis une grande erreur, prenez immédiatement des mesures pour la corriger.

Passez un peu de temps seul chaque jour.

Ouvrez vos bras au changement, mais ne laissez pas s’envoler vos valeurs.

Rappelez-vous que le silence est parfois la meilleure des réponses.

Vivez votre vie d’une façon bonne et honorable. Ainsi, lorsque vous vieillirez et que vous regarderez en arrière, vous en profiterez une deuxième fois.

Un foyer aimant est la fondation de votre vie.

Dans les désaccords que vous avez avec ceux que vous aimez, ne vous occupez que de la situation actuelle. Ne réveillez pas le passé.

Partager votre savoir, c’est une manière d’atteindre l’immortalité.

Soyez tendres avec la terre.

Une fois par an, allez quelque part où vous n’êtes jamais allé auparavant.

Souvenez-vous que la meilleure des relations est celle dans laquelle l’amour que chacun porte à l’autre dépasse le besoin que vous avez de l’autre.

Jugez vos succès d’après ce que vous avez dû sacrifier pour les obtenir.

Approchez l’amour et la cuisine avec un abandon insouciant.

« Ce qui ne me tue pas me rend plus fort »

« Ce qui ne me tue pas me rend plus fort » (Was mich nicht umbringt, macht mich stärker) écrivait le philosophe allemand Friedrich Nietzsche dans Le crépuscule des idoles » publié en 1888.

Il y a quelques mois, j’ai pu enfin mettre un mot sur ce que, jusque là, je considérais comme une sorte de handicap. Ayant lu, par hasard (s’il existe), un article sur Internet, j’ai enfin pu mettre un mot sur ce qui me rendait plus forte mais dont je n’étais pas consciente.

J’ai épluché beaucoup de sites et particulièrement le site américain http://hsperson.com/about-dr-elaine-aron/ de Elaine Aron qui y consacre ses recherches. J’ai également réalisé le test sur le site, cela est devenu une évidence.

Je suis une hypersensible. Si vous voulez savoir si vous en êtes, ce qui est le cas de 20% des gens vous pouvez passer le test en anglais ici : http://hsperson.com/test/highly-sensitive-test/

Mais qu’est-ce que cela représente d’être hypersensible ?

Être hypersensible, c’est mener une vie où tout part du coeur. Personne ne vit plus intensément l’amour, personne n’apprécie autant les petits gestes quotidiens, l’amitié, la tendresse… que les hypersensibles.

Mettre un mot sur « ma différence » m’a permis de réaliser qu’elle n’est pas une tare et qu’il est temps peut-être maintenant d’essayer d’en faire une force.

Vivre en ayant une loupe qui amplifie ses émotions n’est pas toujours aisé, ni pour celui qui doit gérer les émotions ni pour pour ceux, en face, qui les reçoivent et n’en comprennent pas toujours la force. Vivre avec un hypersensible peut être parfois plaisant car il fera attention à tout un tas de petits détails qui rendront à l’autre la vie agréable. En revanche, cela peut aussi parfois devenir étouffant de reçevoir des émotions vécues et offertes avec un amplificateur. L’hypersensible parait souvent envahissant voire intrusif dans l’expression d’une émotion forte, comme l’amour par exemple.

La vie s’avère une question de perception et, si le monde est un miroir de notre esprit, les hypersensibles le perçoivent au travers d’un miroir grossissant.

Toutes les sensations sont décuplées, les odeurs, les sons, le toucher, la vue, les goûts. Toutes les émotions sont reçues et exprimées puissance dix au moins, les bonnes bien sûr, mais aussi les mauvaises. Ce n’est pas évident à appréhender parce qu’en face de nous les gens ne nous comprennent pas toujours et pensent souvent que nos réactions sont exacerbées.

L’idée ici est de se poser la question de ce qui nous rendrait plus fort, au regard de cette hypersensibilité souvent mal comprise ?

Tout d’abord, cette capacité à ressentir les choses plus vivement que les autres est l’une des caractéristiques principales des hypersensibles.

Ted Zeff est l’auteur de The Hypersensible’s Survival Guide, il explique dans son ouvrage que, « les hypersensibles sont très intuitifs. Ils vont au fond des choses pour tenter de les comprendre », ils ont un réel sens du détail, ce qui peut parfois énerver les autres.

Du coup, les hypersensibles sont plus touchés par ce qui les entoure, ils ont beaucoup d’empathie et se soucient énormément des problèmes de leurs amis. Ils sont souvent touchés par les réactions des autres face à quelque chose de négatif. Il leur est souvent dit de ne pas être si sensibles et de ne pas prendre les choses pour eux. Comme les hypersensibles perçoivent mieux les nuances et les détails, cela complique parfois leur prise de décision et c’est aussi souvent parce qu’ils ont peur de faire le mauvais choix.

Selon Elaine N. Aron tous les hypersensibles ne sont pas introvertis, 30% sont plutôt extravertis, ils s’avèrent généralement de bons collaborateurs et s’intègrent bien dans un travail d’équipe. Lorsqu’ils ont vécu beaucoup de choses difficiles les hypersensibles peuvent aussi se montrer plus anxieux ou dépressifs que les autres. Pourtant, tous les hypersensibles ne sont pas forcément angoissés. S’ils sont entourés de personnes sur lesquelles ils peuvent compter, qui les entourent et les aiment, tels qu’ils sont, avec leur sensibilité un peu particulière, ils peuvent être rassurés et s’épanouir.

Les hypersensibles sont aussi, dans l’ensemble beaucoup plus sensibles et stressés dans un environnement bruyant ou dans une foule. Iles ne supportent pas l’horreur de la violence sous toutes ses formes et particulièrement au cinéma ou à la télévision. Ils sont aussi généralement plus sensibles quant à la cruauté envers les êtres et les animaux. Comme ils réagissent plus facilement aux stimuli il leur est insupportable d’assister ou de vivre toute forme de violence. Les hypersensibles pleurent plus fréquemment et plus facilement que les autres.

Ayant tendance à être très consciencieux les hypersensibles font très attention aux autres, à leur confort, à leurs besoins. Ils ont parfois cependant du mal à comprendre que le monde n’est pas forcément à cette image et peuvent très vite être choqués par certains comportements d’irrespect ou d’agressivité. Parce qu’ils réagissent de façon plus intense, les hypersensibles sont aussi plus sensibles aux critiques et aux remarques. Pout y échapper, ils s’efforcent notamment de tout faire pour plaire (afin que les autres ne trouvent rien à redire à leur comportement) ou se critiquent eux-mêmes de manière préventive. Ted Zeff explique dans son livre que « Un hypersensible réagira de façon exacerbée à une critique qui ne vous aurait fait ni chaud ni froid. »

Les hypersensibles préfèrent généralement travailler au calme. Beaucoup choisissent de travailler de chez eux ou de créer leur entreprise afin de mieux contrôler les aléas de leur environnement professionnel.

Si vivre en étant capable de ressentir intensément ses émotions, de les exprimer peut deveni une force, il faut savoir que notre société et notre éducation blâment souvent ceux qui osent le faire. Les hypersensibles ont souvent la sensation d’être rejetés ou mal compris.

Souvent, l’hypersensible se sent différent et a du mal à comprendre que l’autre en face ne puisse pas comprendre, voire rejette l’émotion qu’il ressent ou/et exprime. Il en est encore plus profondément touché parce qu’il ressent alors un rejet de ce qu’il a offert à l’autre.

Si vous avez des enfants, des parents, des amis qui sont hypersensibles, montrez leur que c’est une qualité, essayez de reçevoir avec bonheur les émotions, les petits gestes, les cadeaux qu’ils vous offrent. Si cela vous semble trop, trop fort, ou inapproprié, vous pouvez le leur dire avec gentillesse et empathie, cela les aidera à grandir sans trop les blesser.

Si vous êtes vous même hypersensible, expliquez à votre entourage ce que cela signifie pour être mieux compris. Respirer souvent, profondément, tranquillement pour apprécier l’émotion sans vous faire submerger par sa puissance. Apprenez à partager vos émotions avec ceux qui peuvent les apprécier à leur juste valeur, donnez à ceux qui savent reçevoir et aimez ceux qui vous respectent. Protégez vous des personnes toxiques qui prendront sans reconnaitre la valeur du don que vous leur ferez. Enfin, vivez et devenez chaque jour plus fort parce que « ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ».